Numéro 631

Édition du mardi 12 février 2019

Bonjour,
Aujourd’hui dans le journal on se fait une beauté et on se demande si l’industrie cosmétique n’est pas la grande gagnante de la révolution numérique. Et vice versa… Ou comment l’industrie cosmétique et celle des réseaux sociaux se sont mutuellement enrichies et ont réinventé leurs pratiques.

Ticket de caisse

Le distributeur E. Leclerc annonce un chiffre d’affaires de 37,75 milliards d’euros pour 2018, en hausse de 1,5 % par rapport à 2017. L’enseigne souligne la performance de ses activités en ligne, avec notamment une croissance de 6,9 % des revenus de l’activité Drive. Avec 652 drives en France, E. Leclerc compte presque autant de points de retraits que de magasins.

Bonnes ondes

Amazon fait encore un petit pas dans la domotique avec le rachat de Eero, une entreprise qui fabrique des bornes Wifi pour la maison. Le web est devenu trop petit pour le géant américain. Son nouveau terrain de jeu, que ce soit avec ses sonnettes connectées, ses enceintes vocales et aujourd’hui le wifi, est désormais le domicile privé. « Le Wifi est la base de la maison moderne », explique Nick Weaver, le fondateur d’Eero. Amazon ne veut plus que l’on sorte de chez nous.

Recevez Numériq1 tous les jours sur votre email 
(On ne partage votre adresse avec personne)

Retouche maquillage

Les réseaux sociaux et les technologies numériques sont les alliés naturels du marché de la beauté, selon Jean-Paul Agon, le pdg de l’Oréal. Les réseaux sociaux ont bénéficié de l’engouement des gens autour des produits de beauté, comme les entreprises cosmétiques ont bénéficié en retour de cet engouement. « C’est la combinaison de la beauté et du numérique qui à conduit à cette explosion de partage et de mise en scène de soi que nous observons aujourd’hui sur les réseaux sociaux », explique Jean-Paul Agon (dans Diginomica). « Il n’a jamais été aussi facile de découvrir de nouveaux produits de beauté, de les partager et de les acheter. », poursuit-il. Et de conclure, « le numérique est et restera un formidable accélérateur pour l’industrie cosmétique. »

La jeune entreprise française de location de voiture en ligne, Virtuo, vient de lever 20 millions d’euros. Le service Virtuo est disponible dans les principales grandes villes françaises, ainsi qu’à Londres et Bruxelles. L’entreprise dispose d’un parc de 1000 véhicules Mercedes (avec qui Virtuo a signé un partenariat).

OpinionWay, l’institut d’étude marketing et de sondage, pionnier des études en ligne, ouvre une filiale en Algérie. Après la Tunisie et le Maroc l’entreprise renforce ainsi sa présence au Maghreb.

Qui a dit ça ?

« Je ne regarde pas la productivité mais celle de Lauwin-Planque est dans la norme d’Amazon en France avec 35 minutes du clic de la commande du client au départ du camion de livraison. Dans notre nouveau site de Bretigny-sur-Orge, c’est 20 minutes de la commande au quai de chargement. »

C’est Ronan Bolé, le directeur de la logistique d’Amazon France. En vérité il regarde un peu la productivité…
(La Voix du Nord)

Si vous avez manqué la dernière édition, vous pouvez la lire ICI

Joindre la rédaction : redaction(at)numeriq1.fr

Numéro 629

Édition du vendredi 8 février 2019

Bonjour,
Dans le journal d’aujourd’hui on entend les petits oiseaux (bleus) gazouiller et on vous fait changer d’ère. Ça sent le week-end à la campagne.
Franck Mayans

Cui, cui

Twitter revendique, au dernier trimestre 2018, 126 millions d’utilisateurs actifs par jour (près de 80 % en dehors des États-Unis). C’est la première fois que le réseau à l’oiseau bleu publie cet indicateur. C’est un peu en-dessous de Snapchat, 186 millions, et évidemment très loin de Facebook, 1,52 milliards.

Ligne de beauté

Parce que le e-commerce le vaut bien… Les ventes en ligne représentent désormais 11 % du chiffre d’affaires du groupe L’Oréal. Ce chiffre issu de la publication des derniers résultats de l’entreprise cumule les ventes réalisées sur les sites l’Oréal et ceux de ses distributeurs.

On change d’ère

Selon Accenture nous serions entrés dans une nouvelle ère, l’ère du Post-Digital. La transformation digitale tout le monde est dedans, nous dit Accenture. Il ne s’agit plus de savoir dans quelles technologies investir, mais que faire de ces technologies. Cette ère post-digitale va s’articuler autour de 5 tendances. Accrochez-vous, on fait un petit voyage dans le futur. On ne va pas bien loin, Accenture parle des 3 ans à venir.
Tendance 1 : Le DARQ Power. La combinaison de 4 technologies pour accélérer le changement : DLT (distributed ledger technology), la technologie derrière la blockchain / Intelligence Artificielle / Réalité augmentée / Informatique Quantique. (Le cocktail techno d’Accenture. À consommer avec modération).
Tendance 2 : L’extrême personnalisation. La technologie va permettre une connaissance intime du client. (On ne sait pas encore si le client a envie qu’on le connaisse intimement !)
Tendance 3 : Le travailleur augmenté. La technologie offre à l’humain dans l’entreprise l’accès à de nouvelles connaissances et à des compétences étendues. (Vers le surhomme ?)
Tendance 4 : La sécurité au cœur. La sécurité informatique fait partie de l’activité de l’entreprise au même titre que la production de ses biens et services.
Tendance 5 : Un client, un marché. Chaque nouveau besoin est une nouvelle opportunité de business, même éphémère. La technologie doit permettre de capturer les signaux de nouveaux marchés.

(The Post-Digital Era is Upon Us – Accenture Technology Vision 2019)

Recevez Numériq1 tous les jours sur votre email 
(On ne partage votre adresse avec personne)

Dolmen, l’entreprise bretonne spécialisée dans la collecte de données clients sur le point de vente, vient de lever 9 millions d’euros auprès notamment de Mediapost et Salesforce Ventures.

Dia, la chaîne de distribution espagnole hard discount, a vu son chiffre d’affaires chuté de 11 % en 2018, passant de 8,21 milliards d’euros à 7,28. Le groupe affiche une perte de 352 millions d’euros sur l’année et annonce le licenciement de 2 100 salariés en Espagne (5 % des effectifs).

Foot Locker, l’enseigne américaine de chaussures et vêtements de sport, vient d’investir 100 millions de dollars dans Goat, le site de revente en ligne de chaussures de sport d’occasion. Des chaussures de seconde main, si l’on peut dire…

Qui a dit ça ?

« Nous sommes tout près d’un point de basculement du marché de l’automobile. Les constructeurs automobiles risquent de devenir de simples fournisseurs de services de mobilité. Ils vont perdre la relation directe qu’ils entretenaient avec leurs clients. Ce n’est pas la plus séduisante des situations. »

C’est Shwetha Surender, analyste chez Frost & Sullivan. Qu’en pense Carlos Ghosn ?
(Bloomberg)

Si vous avez manqué la dernière édition, vous pouvez la lire ICI

Joindre la rédaction : redaction(at)numeriq1.fr

Numéro 622

Édition du mardi 29 janvier 2019


Bonjour,
Un journal du jour dans lequel les robots ont pris nos boulots et où on voyage dans l’espace. C’est comme ça que vous raconterez l’année 2019 à vos petits-enfants.
Franck Mayans

Dernière démarque ?

« Les soldes ça ne marche pour personne ». C’est Eric Mertz, le président de la Fédération nationale de l’habillement qui l’a dit hier (lundi 28 janvier) au micro de franceInfo. « Pourquoi ne pas les arrêter ? », a-t-il poursuivi. Eric Mertz réagissait aux mauvais résultats des soldes d’hiver 2019 (7 à 10 % d’activité en moins par rapport à l’année dernière). « À travers toutes ces promotions, où on fait miroiter des remises de plus en plus fantastiques, est-ce que le client croit une seule seconde qu’il est gagnant ? », se demande Eric Mertz qui préconise de revenir à des prix « sincères et honnêtes ». On pourrait faire la semaine du prix honnête une fois par mois ?

Recevez Numériq1 tous les jours sur votre email 
(On ne partage votre adresse avec personne)

Bac + 18

Et si on avait tout faux sur l’automatisation du travail ? Les emplois peu qualifiés et routiniers ne seraient pas nécessairement les plus directement menacés par l’automatisation. Au contraire, ce sont les emplois qualifiés qui pourraient être amenés à disparaître en priorité. C’est la thèse de Ellen Shell, professeur à l’université de Boston, journaliste et spécialiste des questions relatives à l’évolution du travail. Pourquoi ? Parce que les emplois qui exigent des compétences complexes coûtent chers. « Si vous en voulez pour votre argent vous automatisez un travail de haut niveau et couteux », explique-t-elle dans une interview au magazine Recode. « Retourner des hamburgers chez Mc Do, c’est un boulot si mal payé que ça ne vaut pas le coup d’acheter une machine pour le remplacer. ». N’allez surtout pas demander une augmentation de salaire aujourd’hui.

Ça casse

Il va y avoir des écrans brisés… Grosse chute des smartphones en Chine en 2018. Les ventes d’appareils ont baissé de 14 % en 1 an passant de 459 millions d’unités à 396 millions. Seules les marques chinoises, Huawei et Vivo ont vu leurs ventes progresser dans ce marché baissier. Huawei qui par ailleurs affiche une part de marché insolente de 27 %. La première marque non chinoise est Apple avec 9 % de part de marché. (Canalys)

U percute

Le groupe de distribution Système U (Super U…) frôle les 20 milliards d’euros de chiffre d’affaires pour 2018, à 19,94 milliards, en hausse de 2,3 % par rapport à 2017. L’activité Drive du groupe progresse elle de plus de 10 % et pèse désormais 3 % des revenus.

Décrocher la Lune

Sir Richard Branson, l’entrepreneur milliardaire britannique, a dit qu’il pensait pouvoir prendre place d’ici le milieu de l’année 2019 dans son vaisseau spatial Virgin Galactic pour inaugurer le premier vol commercial dans l’espace. Si vous souhaitez accompagner Richard Branson pour un petit tour vers les étoiles, il vous faudra débourser 190 000 dollars.

Qui a dit ça ?

« Aujourd’hui notre identité c’est le client qui la détermine. Ça signifie que notre stratégie c’est de dire, ‘quoi que vous vouliez, on va vous le fournir’. »

C’est Emily Kraftman, la directrice marketing de Deliveroo pour le Royaume-Uni. Sky is the limit ?
(Marketing Week)

Joindre la rédaction : redaction(at)numeriq1.fr

Numéro 621

Édition du lundi 28 janvier 2019


Bonjour,
Les constructeurs automobiles sont en train de muter pour devenir des sociétés de services. Désormais dans le coffre de votre voiture vous ne trouverez plus de roue de secours, ni même de cric, mais une solution pour changer votre pneu crevé. Jetez votre clef à molette. Le smartphone remplace la boîte à outils.
Franck Mayans

L’union fait la force

Facebook a pour projet d’unifier les communications entre ses 3 application de messagerie : Messenger, WhatsApp et Instagram. L’objectif, tout en conservant l’autonomie de chaque produit, est de permettre de communiquer facilement d’une messagerie à l’autre. En clair, il devra être possible d’envoyer un message depuis WhatsApp à un utilisateur de Messenger. Ce qui va devenir difficile c’est de communiquer entre nous sans utiliser un produit Facebook.

Recevez Numériq1 tous les jours sur votre email 
(On ne partage votre adresse avec personne)

Roue de secours

BMW, Porsche et Jaguar-Land Rover viennent d’investir 21 millions de dollars dans la startup américaine Urgently, une plateforme d’assistance et de dépannage automobile à la demande. Urgently est un peu le Uber de la panne de batterie. L’entreprise met en contact les professionnels du dépannage et les automobilistes en difficulté sur la route. « Le vieux modèle de l’assistance routière doit laisser place à une approche plus moderne et digitale », explique-t-on chez BMW.

Signez ici

Dropbox, la plateforme de stockage et de partage de fichiers en ligne, vient de racheter HelloSign pour 230 millions de dollars. HelloSign propose des solutions de signature électronique de documents. Dropbox a dépassé le milliard de chiffre d’affaires l’année dernière.

Ère glaciaire

Toupargel, l’entreprise spécialisée dans la livraison de produits surgelés, a demandé à être placé en redressement judiciaire. Ça fait froid dans le dos.

Fish and chips

Tesco, le géant de la grande distribution britannique, envisagerait de supprimer les « corners produits frais » (poisson, boucherie…) de ses magasins. Ces comptoirs spécialisés ne sont pas les espaces les plus générateur de chiffre d’affaires pour le distributeur. Au total, ce sont quelques 15 000 emplois de poissonniers, de bouchers ou de boulangers qui pourraient être menacés. Cette mesure s’inscrirait dans le gigantesque plan d’économie initié par Tesco depuis 2 ans.

Qui a dit ça ?

« Les promotions tuent la créativité. C’est une solution de facilité géniale, c’est vrai, mais l’année prochaine il faudra faire des promotions encore plus importantes, et finalement tout ce que vous faites c’est planifier les prochaines promotions. »

C’est Martino Pessina, le président de la chaîne de magasin de mode H&M aux États-Unis. Le directeur marketing veut-il se transformer en directeur des soldes ?
(Business Insider)

Joindre la rédaction : redaction(at)numeriq1.fr

Numéro 605

Édition du vendredi 4 janvier 2019


Bonjour,
Une lettre du jour dans laquelle on vous propose de gagner de l’argent au volant d’un camion et de tout dépenser à la bourse. Vous n’êtes pas obligé de suivre nos conseils.

Commerce intelligent

28 % des 250 plus grandes entreprises mondiales du commerce de détail ont introduit en 2018 des technologies d’intelligence artificielle dans leurs processus (41 % si on ne retient que le top 100). On parle ici des technologies d’apprentissage automatique (machine learning), de reconnaissance du langage naturel, de chatbot ou d’analyse d’image. Les entreprises françaises du secteur sont particulièrement en pointe avec 37 % d’adoption, devant les États-Unis à 25 % et juste derrière le Royaume-Uni à 39 %. Une pénétration qui se focalise aujourd’hui sur les processus clients avec 74 % des projets déployés qui concernent des utilisations orientées service client (au sens large si on inclut les ventes et le marketing) contre 26 % pour les opérations de production. (Étude Capgemini – Building the retail superstar)

Même pas mal

Alors que l’action Apple a été chahutée hier en Bourse (moins 10 % dans la journée), après des prévisions de revenus inférieures aux attentes, le constructeur de l’iPhone célèbre les performances de son magasin d’application (l’App Store). Entre Noël et le jour de l’an, en 1 semaine donc, les clients d’Apple ont dépensé… 1,22 milliards de dollars sur l’App Store. Rien que le 1er de l’an 2019, ce sont 322 millions de dollars qui ont été dépensées en applications et en jeux. Un chiffre record selon la firme à la pomme.

Tu vas le bouger ton camion ?

2019, année de la livraison ? Walmart, le géant mondial de la grande distribution, a recruté en 2018 près de 1 500 chauffeurs pour sa flotte de livraison. 143 % de plus qu’en 2017 ! En accroissement net (départs divers), ce sont environ 700 chauffeurs qui sont venus s’ajouter à la flotte privée de l’enseigne. Compte tenu des difficultés de recrutement (le métier n’est pas facile), un jeune chauffeur poids-lourd Walmart pourrait gagner jusqu’à 86 000 dollars par an. Ils recrutent encore pour 2019, si ça vous tente.

Pour ceux qui aiment Numériq1
Vous pouvez désormais soutenir très facilement votre newsletter préférée (je sais que vous en aimez d’autres…) grâce à Tipeee, la plateforme de financement participative. À partir de 1 euro vous participez à la création quotidienne de la newsletter.

Les inscriptions pour l’édition 2020 de L’Élection du Service Client de l’Année viennent de s’ouvrir. Vous avez jusqu’au 15 mars pour candidater. Une matinée de présentation de l’événement est prévue le 31 janvier à Paris.

Nestlé a choisi de déployer globalement Workplace de Facebook, la version professionnelle du réseau, comme outil de communication interne pour ses 210 000 salariés.

Petites économies

Si vous deviez miser toutes vos économies sur une valeur technologique en 2019, choisissez Netflix. C’est en gros le conseil des analystes de Goldman. Ils prévoient une augmentation de 50 % du titre d’ici la fin de l’année. « Nous restons persuadé que l’investissement de Netflix dans le contenu, la technologie et la distribution continuera de stimuler la croissance du nombre d’abonnés bien au-delà des attentes, tant aux États-Unis qu’à l’échelle internationale. », expliquent-ils. Netflix, c’est comme le Livret A, les images en plus.

Qui a dit ça ?

« Google, Amazon et Facebook suivent la même stratégie. Ces géants technologiques bénéficient d’un privilège de plateforme, c’est-à-dire qu’ils ont la possibilité de donner la priorité à leurs propres produits ou services par rapport à ceux de leurs concurrents qui dépendent de leurs plateformes. En faisant cela ils prétendent améliorer leurs produits au bénéfice des clients. En réalité, une entreprise qui aurait un meilleur produit ou service serait de toute façon écrasée car ce sont ces géants qui contrôlent le jeu tout en y jouant. »

C’est Sally Hubbard, l’ancienne adjointe au procureur du bureau antitrust de New York. (CNN)

Recevez Numériq1 tous les jours sur votre email 
(On ne partage votre adresse avec personne)

Joindre la rédaction : redaction(at)numeriq1.fr