Numéro 633

Édition du jeudi 14 janvier 2019

Un journal du jour où l’on fait travailler le corps et l’esprit. On met les mains dans la terre et on joue avec les lettres (surtout le P). Vous vous reposerez demain.

London calling

Ant Financial (AliPay), la filiale paiement du e-commerçant chinois Alibaba, vient de racheter le britannique WorldFirst, spécialiste des transferts d’argent internationaux. Une tête de pont qui peut faciliter à Alibaba, à la fois la conquête du marché des paiements européen et américain. Ou une voie sans issue en cas de Brexit dur ?

Retour à la terre

Les GAFAM (les géants de l’industrie technologique) sont les nouveaux fermiers du monde moderne. Ils cultivent des données qu’ils hébergent dans des fermes géantes appelées Data Center. Et un des plus grands fermiers numériques, Google, vient d’annoncer qu’il allait investir 13 millions de dollars en nouveaux data center (et bureaux) aux États-Unis en 2019. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, Le cloud ne pousse pas dans les nuages, mais sous serre.

Il est libre Max…

Malt, la plateforme française de mise en relation de freelances avec les entreprises, vient de lever 25 millions d’euros. Malt revendique plus de 100 000 freelances inscrits sur sa plateforme.

Le groupe BVA rachète l’institut d’étude marketing milanais Doxa (24 millions d’euros de CA).

Recevez Numériq1 tous les jours sur votre email 

Teletech, la filiale gestion de centres de contacts du groupe Finare, rachète IPG Contacts Services. Racheté par le groupe belge Koramic en 2014, ce petit prestataire de centres de relation clients dispose de 2 sites en France, à Chartres et Vendôme.

Apple pourrait annoncer lors de sa prochaine conférence (le 25 mars), le lancement d’un service de streaming vidéo sur le modèle de Netflix ou Amazon Prime Vidéo.

Allez en P

Les fameux 4 P du marketing traditionnel (produit, prix, promotion et place- ou en français communication et distribution pour les 2 derniers) ne sont plus valables à l’ère du marketing technologique. C’est Bill Borelle, le directeur marketing du géant des services d’expédition et de gestion de courrier, Pitney Bowes, qui le dit. Ce n’est pas le premier à le dire. Mais il a la bonne idée de proposer une liste de P alternative plus adaptée aux stratégies marketing d’aujourd’hui. Et de les mettre en œuvre dans son entreprise.
People : ce sont les clients. Il s’agit de comprendre l’expérience client, non pas seulement à un moment donné, mais tout au long du cycle de vie du client.
Précision : ce sont les données clients. Il s’agit d’avoir des bases de données précises et à jour.
Pace : ce sont les instruments technologiques à disposition du marketing (pour donner le rythme). Il s’agit de substituer la notion de « tunnel marketing » (cette nasse qui va emprisonner le client) à celle d’escalier qui marque la progression du prospect vers le statut de client. Chaque instrument a un rôle à jouer à l’intérieur du parcours client dans la transformation du prospect en client final.Profit : c’est le revenu généré par chaque stratégie. Il s’agit d’être en mesure de prouver le ROI par les outils technologiques à disposition. L’attribution à chaque dollar gagné d’un canal ou d’une stratégie est aujourd’hui pour Borelle l’étape la plus difficile (voire encore inaccessible) du marketing.
(CMO)

Qui a dit ça ?

« Je n’ai jamais rencontré quelqu’un qui était opposé au respect de la vie privée. Vous savez, dès que l’on parle de vos données médicales ou de vos données fiscales, tout le monde croit à la vie privée. »

C’est Bill Gates, le fondateur de Microsoft dans sa lettre annuelle.

Si vous avez manqué la dernière édition, vous pouvez la lire ICI

Joindre la rédaction : redaction(at)numeriq1.fr