Numéro 625

Édition du vendredi 1er février 2019


Bonjour,
Un journal du jour dans lequel Amazon tourne au cloud, Guinness à l’eau et Uber à vide. Ce week-end essayez de ne pas tourner en rond.
Franck Mayans

Amazon enfonce le cloud

C’est au tour d’Amazon d’annoncer ses derniers résultats et une croissance de chiffre d’affaires à 2 (gros) chiffres. En 2018 le leader du e-commerce a réalisé 232,8 milliards de CA (+ 31 %) pour un bénéfice net de l’ordre de 10 milliards. Un bénéfice qui tient tout du cloud. Car si les activités cloud (AWS) ne pèsent que 11 % de l’activité, elles représentent plus de 60 % de la marge opérationnelle.

Recevez Numériq1 tous les jours sur votre email 
(On ne partage votre adresse avec personne)

Hep taxi !

Uber suspend ses activités à Barcelone après que les taxis ont obtenu du gouvernement catalan la promulgation d’un décret qui oblige les VTC à respecter 15 minutes entre le moment où un client commande sa voiture et le moment où le VTC se présente. Une obligation qu’Uber juge « incompatible avec l’immédiateté des services sur demande ».

On se jette à l’eau

On parlait hier de la communication audacieuse de Domino’s Pizza (newsletter Numéro 624). Je crois que l’on vient de trouver mieux avec le brasseur irlandais Guinness, connu pour sa fameuse bière noire. Qu’est-ce qu’il nous vend Guinness dans son dernier spot de pub ? De l’eau ! Nous les hommes, les vrais, les tatoués, les costauds, les barbus on devrait boire responsable et ne pas avoir honte de commander un verre d’eau du robinet quand on sort dans les bars ! « On veut faire passer le message que commander de l’eau peut être un choix militant et positif », explique-t-on chez Guinness. Il faut être anglais (Guinness appartient au groupe anglais Diageo) pour oser cette prise de position courageuse et manier le premier et le dixième degré (d’alcool) avec autant d’intelligence. Nous entrons dans l’ère de la contre-culture de marque. (La pub Guinness sur YouTube)

Commandez vite !

Le Groupe Tf1 va céder les activités opérationnelles (recherche de produits, prise de commande…) de ses émissions de téléachat à Jérôme Dillard. Ancien directeur général du Teleshopping sur Tf1, Jérôme Dillard est également un des acteurs de premier plan de la gestion de la relation client et des centres de contacts en France. Il a notamment été à la tête de B2S entre 2007 et 2010, puis président d’Izium qu’il cédera à Comdata.

Orange vient de racheter SecureData (et sa filiale SensePost), groupe britannique spécialisé dans les services de cybersécurité.

Marie-Laure Denis vient d’être nommée nouvelle présidente de la CNIL. Habituée des cabinets ministériels et des autorités de contrôle, elle a notamment travaillé au CSA (Comité supérieur de l’audiovisuel) et à l’ARCEP (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes). Elle remplace Isabelle Falque-Pierrotin appelée à jouer le rôle de garant du Grand débat.

Influenceuse

Paula Forteza, la députée La République En Marche (circonscription des Français de l’Amérique Latine et des Caraïbes), ouvre un compte Instagram. Elle y annonce qu’elle nous fera découvrir les coulisses du travail de député, les échanges avec les citoyens et ce qui l’inspire. Les Gilets Jaunes, eux, sont sur Facebook. N’est-ce pas cela que l’on appelle la fracture numérique ? Ou l’incommunicabilité ?

Qui a dit ça ?

« L’ancien modèle du grand marché de masse, où l’on vendait des biens de grande consommation, sur des canaux de grande distribution, propulsé par des médias grand public, est en train d’être révolutionné par un tout nouveau type de marketing où ce que l’on vend d’abord c’est la raison d’être de nos marques. »

C’est Alan Jope, le pdg d’Unilever (Lipton, Amora, Monsavon…). En résumé, la lessive n’est plus là pour récurer les casseroles, mais pour sauver le monde.
(Marketing Week)

Joindre la rédaction : redaction(at)numeriq1.fr