Les données n’ont pas (totalement) tué la créativité, selon le pdg de Publicis

Publicis, l’une des plus grandes agence de communication du monde, vient de dépenser 4,4 milliards de dollars pour s’offrir Epsilon, spécialiste mondial de l’analyse de données et du marketing digital.

Cette acquisition sonne-t-elle la fin de l’ère de la créativité dans la communication et la publicité ? Arthur Sadoun, le pdg de Publicis, ne le pense pas. Bien sûr, reconnaît-il dans une interview pour le magazine The Drum, « tout le monde commence à comprendre que la créativité et la technologie fusionnent » .

Mais il ajoute, « Vous pouvez dépenser des millions en données et en technologie, en fin de compte, si vos idées et votre créativité ne conduisent pas au bon niveau d’émotion, celui qui persuade les gens d’acheter et qui justifie le prix, et bien il n’y a aucune chance qu’il se passe quelque chose. »

Il reste encore un peu de place pour l’intelligence et la créativité.