N° 600 - Mercredi 21 novembre 2018

Un de trop

UnDeTrop

Bonjour,

Une lettre dans laquelle on découvre que la data s’invite dans nos assiettes. Maintenant tout se mange. Mais en matière de foodtech (c’est comme ça que ça s’appelle), la seule question intéressante est de savoir si on peut manger les algorithmes avec les doigts… J’attends vos réponses.
Sinon aujourd’hui c’est le numéro 600 de la newsletter. Pour ceux qui nous suivent depuis le premier numéro on vous a fait ingurgiter près de 400 000 mots, soit l’équivalent de 8 livres de poche !

PS : Pour qu'il y ait un numéro 601... Soutenez votre newsletter. Vous avez déjà fait la moitié du chemin. Encore une semaine pour atteindre l’objectif de soutien.

Franck Mayans

Un de trop

Stéphane Richard, le patron d’Orange, relance de façon vigoureuse, dans Les Echos, le débat sur la consolidation du marché des télécoms : « On a atteint des pratiques de marché sans équivalence en Europe, avec désormais deux opérateurs télécoms qui pratiquent des promotions à vie ! ». Il parle sans les nommer de Sfr et Bouygues Télécom. Il poursuit en prévoyant que « cette dynamique va provoquer une baisse, à terme, des revenus des opérateurs télécoms. ». Il ajoute, cette prédiction macabre, « Tous ne pourront pas suivre ». Pour Stéphane Richard « on a atteint les limites du système ». Et ajoute-t-il, « Cela va inévitablement nous amener à nous poser la question de la consolidation du marché. Il pourrait y avoir une nouvelle fenêtre pour d'éventuelles discussions au premier semestre 2019. » En tant qu’acteur historique dominant, Stéphane Richard prévient qu’Orange ne pourra pas être à l’initiative de cette évolution. Allez-y les gars, moi je ne peux pas…

Menu pour 2

Vous connaissiez la réalité virtuelle, découvrez les restaurants virtuels ! On ne parle pas de repas ultra-allégés… Il s’agit pour des restaurateurs installés de créer des menus et des recettes spécifiques uniquement destinées à la livraison. Et ceci avec l’aide de Deliveroo qui « utilise ses données pour identifier les tendances alimentaires locales ». En France, Deliveroo dénombre 70 restaurants virtuels pour lesquels il assure le service de livraison. Dans le monde, ce sont 1000 restaurants virtuels avec lesquels l’entreprise travaille et espère pouvoir doubler ce chiffre d’ici le milieu de l’année prochaine. C’est un moyen pour les restaurants, explique Deliveroo, d’attirer une nouvelle clientèle. Désormais, ce sont les data qui font les menus.

Partage du gâteau

20,2 % : c’est la part de marché d’Amazon dans le e-commerce en France. L’américain devance de très loin CDiscount qui pèse 7,9 % du e-commerce français. Derrière on se partage les miettes : Vente-Privée (3,5 %), Fnac (2,2%), Showroomprivé (2,2 %), Darty (2,2 %), Boulanger (1,7 %), La Redoute (1,6 %). (Baromètre eKommerce sept.2017 à sept. 2018 réalisé par Kantar Worldpanel pour LSA – hors grandes surfaces alimentaires)

Montage-démontage

Ikea va supprimer 7500 emplois dans le monde, principalement dans les services administratifs. « Nous devons simplifier notre organisation », a expliqué Jesper Brodin, le directeur général de l’entreprise suédoise. Dans le même temps Ikea prévoit de créer 11500 emplois en magasin et dans les activités e-commerce. On est rassuré.
Après des résultats décevants, Gap, le groupe américains de magasins de vêtements, envisagerait la fermeture de plusieurs centaines de magasins sous l’enseigne Gap. « Je veux me débarrasser rapidement de ces magasins qui ne correspondent plus à notre vision de l’avenir », a déclaré de façon assez abrupte Art Peck, le pdg du groupe. Gap compte 800 magasins aux États-Unis et plus de 3000 dans le monde.

Qui a dit ça ?

« L’expression « digital first » (le numérique d’abord) est la pire des façons d’envisager quoique ce soit. Elle est employée par ceux qui veulent dire à tout le monde « moi je sais »… Ils expriment juste le contraire. Il faut se concentrer uniquement sur l’humain, les clients. Tout le reste est insignifiant. Surtout les technologies. »

C’est Tom Goodwin, le chef innovation de l’agence de publicité Zenith (Publicis Media). Lâchez votre smartphone et serrez la main de votre voisin de bureau.

On a besoin de vous pour fabriquer la lettre tous les jours


La newsletter Numériq'1 ne peut pas exister sans le soutien de ses lecteurs.
On vous propose de participer à l'abonnement de soutien à la newsletter : 50 actions de soutien de 200 euros à souscrire avant le 30 novembre.

Rien à payer aujourd'hui. Vous prenez juste une option.

a/ Si le 30 novembre les 50 actions ont été souscrites, on vous envoie un magnifique mot de remerciement, votre bulletin de soutien, votre facture d'abonnement, et on écrit votre nom (et/ou celui de votre entreprise) en gros en tête d’une des newsletter de décembre.

b/ Si le 30 novembre les 50 actions n’ont pas été souscrites, on ne vous envoie rien… si quand même un magnifique mot de remerciement (accompagné de mon CV !).

Si cette première phase se passe bien on renouvelle l’opération à partir de janvier jusqu’à 200 abonnements de soutien.


Comment faire :

Il suffit d’envoyer « je réserve X option(s) d’abonnement de soutien à 200 euros TTC soit XXX euros TTC » à l'adresse soutien@numeriq1.fr (ou par retour de mail).

Vous remplacez évidemment X par le nombre d'abonnements (1 ou plus) que vous souhaitez réserver !

Faites des heureux !

Invitez vos meilleurs collègues à découvrir Numériq'1 !
Numeriq1Dessin2
twitter
Publicité