N° 588 - Jeudi 18 octobre 2018

Coup de bâton

CoupDeBaton

Bonjour,
Dans la lettre aujourd’hui du cannabis en vente libre et de la bière. Je ne sais pas si ce sont ces substances qui ont conduit Avaya à faire un rêve étrange. Vous pouvez lire le reste sans modération.

PS : Vous pouvez aussi inviter vos collègues à découvrir Numériq'1
sans modération !

Franck Mayans

Herbe fraîche

100 commandes par minutes ! C’est le rythme de vente en ligne de cannabis au Canada depuis que le pays a légalisé hier la vente du produit. Le chiffre est donné par la plateforme d’administration de sites e-commerce, Shopify. « Alors que les sites sont en ligne depuis à peine 12 heures, c’est un sacré chiffre ! », commente-t-on chez Shopify.

Suivez ce bot

Avaya, a un rêve : créer le réseau social des chatbots ! Le spécialiste américain des communications d’entreprise, expérimente une plateforme à l’intérieure de laquelle des bots (des programmes d’intelligence artificielle) de secteurs et d’entreprises différentes, pourraient se connecter entre eux pour trouver des réponses auxquelles ils n’ont pas été entraînés.
Le défaut majeur des robots des services clients, explique Avaya, c’est qu’ils sont spécifiques à un domaine donné. Les clients peuvent avoir des questions qui sortent de ce domaine et dans ce cas le bot est incapable d’y répondre. L’idée est donc de permettre aux assistants virtuels de « collaborer et d'échanger des informations via une plateforme réglementée et de trouver des réponses en s’appuyant sur d’autres assistants virtuels ».
Ce n’est plus l’humain qui est augmenté, comme on a coutume d’argumenter lorsqu’on traite du sujet chatbot, mais c’est le chatbot lui-même qui est augmenté par les autres chatbots.
C’est la grande fraternité des robots où un robot contacte un robot ami pour lui demander de l’aider à aider un client. L’humain n’est plus dans la boucle. « Cela permettrait aux organisations de garantir un service client exceptionnel en réduisant la nécessité de recourir à une intervention humaine », conclut-on chez Avaya.

Parle avec moi

La publicité conversationnelle arrive sur le web avec Adlingo, une startup incubée par Google. Il s’agit de pouvoir interagir et entamer une conversation avec un assistant conversationnel intégré dans un message publicitaire en ligne. La publicité se fait dialogue en temps réel. C’est un moyen de « capturer » l’internaute au moment où il voit la publicité. Vous n’aimiez pas la publicité ? Vous allez enfin pouvoir lui dire ! (Voir une vidéo de démonstration de la solution)
Espace partenaire
La Publicité dans la newsletter c'est ici

Coup de bâton

Bagarreur notre ministre du logement, Julien Denormandie, qui déclarait ce matin au micro de France Info : « Il faut taper très fort ceux qui sont devenus des vrais professionnels, qui achètent des appartements qui ne font que du Airbnb et donc ces mêmes appartements sont retirés du marché de la location. »

La roue tourne

Un nouveau service de partage de vélos à assistance électrique va être expérimenté en région parisienne à partir du mois de novembre (d’abord sur le plateau de Saclay). L’opérateur s’appelle Zoov. On trouve à sa tête Éric Carreel (le fondateur des montres connectées Withings) et Arnaud Le Rodallec. L’originalité du service est de proposer des stations de parking compactent qui prennent une place limitée dans l’espace urbain. (Le site de Zoov)

Qui a dit ça ?

« Je ne crois pas que nous connaissions suffisamment nos clients pour réussir dans le e-commerce. Nous devons d’abord convaincre nos distributeurs de commencer à partager leurs données. Dans un monde en perpétuelle évolution, avec un acheteur qui lui aussi évolue, nous avons besoin de comprendre et vous ne pouvez pas comprendre en vous fondant uniquement sur l’intuition. C’est un principe essentiel sur ce type de canal. » (Marketing Week)

C’est Ghislaine Prins-Evers, la directrice e-commerce d’Heineken. Partagez vos informations. Arrêtez de boire en cachette.

Faites des heureux !

Invitez vos meilleurs collègues à découvrir Numériq'1 !
Numeriq1Dessin2
twitter